Un changement de paradigme pour les pharmaciens au Québec


Construire des liens pour des meilleurs soins


Le Québec se prépare à un modèle de remboursement fondé sur la complexité des services cliniques, a entendu les participants au Forum annuel sur la pharmacie de la Fondation canadienne de la pharmacie, qui a eu lieu en novembre 2019.

Devant entrer en vigueur ce printemps, l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) espère que son nouveau modèle de remboursement éliminera les obstacles qui ont empêché les pharmaciens d’utiliser pleinement leur champ d’exercice.


« Cela tombe particulièrement à point avec le projet de loi 31 du Québec annoncé l’an dernier, qui permet aux pharmaciens de prescrire et d’administrer des vaccins parmi d’autres nouveaux services. »


« Notre objectif est un remboursement juste et adéquat. et d’assurer la stabilité des revenus dans l’ensemble des pharmacies », a déclaré Ramy Fahmy-Demian, directeur de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP). 

À cette fin, le nouveau modèle éliminera les indemnités professionnelles et l’influence des tiers, en faveur d’un remboursement transparent fondé sur la complexité des services pharmaceutiques. Il comprend des frais pour les services pharmaceutiques réguliers nécessaires à la distribution des médicaments, ainsi que le paiement pour les activités cliniques qui utilisent pleinement les compétences du pharmacien.

Le nouveau modèle mettra également en œuvre des frais de surveillance fondés sur au moins quatre niveaux de complexité des médicaments. Le niveau un pourrait être une surveillance directe de l’utilisation de l’acétaminophène, par exemple, tandis qu’un niveau quatre impliquerait quelque chose de plus complexe comme la gestion de l’anticoagulation.

« Nous essayons de rétablir la relation avec le patient et le pharmacien », a déclaré Fahmy-Demain. « Nous ne pouvons rien imposer à personne (seul le Collège peut le faire), mais nous voulons mettre la formation et les outils à la disposition des pharmaciens pour qu’ils suivent ces lignes directrices dans le cadre de leur flux de travail actuel. »

À l’aide des données accumulées sur toutes les pharmacies du Québec, le PDG de l’AQPP, Jean Bourcier, a dit aux participants du Forum que son organisation a été en mesure de voir exactement comment les magasins se débrouillent en termes de nombre d’ordonnances et de services de pharmacie au cours des 12 derniers mois. « Ensuite, nous pourrons appliquer le nouveau modèle à chaque pharmacie et comparer les résultats », a déclaré Boucier.


« Nous voulons nous assurer qu’au bout du compte, le nouveau modèle sera équitable dans l’ensemble d’un réseau de pharmacies. »


BELOCUM, LA FAÇON SIMPLE D’OBTENIR DU PERSONNEL EN PHARMACIE SUR DEMANDE.