COVID-19: l’interruption de la chaîne d’approvisionnement pourrait entraîner une pénurie de médicaments au Canada



Les Canadiens devraient se préparer à la pénurie de médicaments alors que la COVID-19 perturbe les lignes d’approvisionnement mondiales, déclare le haut fonctionnaire du ministère fédéral de la santé.

Le manque de médicaments pour couvrir les prescriptions ordinaires est un problème récurrent au Canada, mais le sous-ministre de santé Stephen Lucas affirme que la pandémie de COVID-19 aggrave le problème.


« Nous prévoyons une pénurie de médicaments au vu de la demande mondiale », a-t-il déclaré à la commission de la santé de la Chambre des communes.


Selon l’Association des pharmaciens du Canada, une grande majorité des médicaments et des ingrédients actifs qui les composent proviennent de Chine et d’Inde. La COVID-19 a fortement perturbé les opérations dans ces pays, ce qui pourrait entraîner des répercussions sur la chaîne d’approvisionnement mondiale.


« Dans quelques mois, nous allons constater les effets de la fermeture en Chine », a déclaré le porte-parole de l’association, Barry Power.


Les pharmaciens ont également observé des pénuries liées au fait que les gens stockent leurs médicaments prescrits, ce qui met en péril l’approvisionnement futur, a déclaré M. Power. Il y a eu une énorme ruée en mars alors que les gens essayaient de se procurer leurs médicaments sur le long terme. À cause de la mise en place des mesures de distanciation sociale, certaines personnes demandent un approvisionnement pour six mois, a-t-il dit.

Pour la même période, on a pu observer une pénurie de certains médicaments en vente libre comme l’acétaminophène ou le Tylenol.

Les grossistes ont commencé à avertir que la demande n’était pas viable, surtout si l’on considère la pression exercée sur les chaînes d’approvisionnement.

Après avoir vu le fiasco du papier hygiénique, les pharmaciens ont décidé de prendre des mesures, a déclaré M. Power. Afin de prévenir les pénuries, certains recommandent de limiter les patients à un mois d’approvisionnement de leurs médicaments.

Les pharmaciens sont particulièrement inquiets pour les patients qui prennent des médicaments pour traiter des maladies cardiaques, l’asthme, d’autres maladies pulmonaires et le diabète, car ils risquent de se retrouver à l’hôpital s’ils ne peuvent pas obtenir leurs médicaments.

  1. Lucas a assuré que le gouvernement avait mis en place un comité dédié qui travaille avec les autorités de réglementation aux États-Unis, en Australie et en Europe pour tenter de repérer les éventuelles ruptures de la chaîne d’approvisionnement, et de déterminer l’impact qu’elles pourraient avoir sur les produits pharmaceutiques et les équipements médicaux.

« En outre, des mesures sont prises pour trouver des solutions de remplacement et permettre l’importation d’autres produits qui peuvent aider à remédier à la situation », a déclaré M. Lucas.


Récemment, la Chambre des communes a adopté un projet de loi massif donnant au gouvernement le pouvoir de répondre à l’épidémie de COVID-19 grâce à des mesures visant à prévenir les pénuries de médicaments.

Le gouvernement pourra implémenter toute nouvelle réglementation qu’il juge nécessaire pour prévenir ou atténuer les pénuries, cependant celles-ci n’ont pas été révélées.

Le gouvernement a également prévu d’autoriser les fabricants à concevoir les produits nécessaires pendant la crise sanitaire, indépendamment des protections des brevets. Cela permettrait à un plus grand nombre de fabricants de produire des médicaments qui sont en rupture de stock.


« Toutefois, les possibilités sont limitées lorsque les médicaments et leurs principaux ingrédients se font rares dans le monde entier », a déclaré M. Power.


Par exemple, le gouvernement pourrait accélérer l’approbation des médicaments de substitution déjà approuvés dans des pays ayant des normes similaires à celles du Canada.

Les autorités pourraient demander l’augmentation de la production locale des médicaments les plus demandés. Cependant, si les principaux ingrédients ne sont pas disponibles, cela ne sera pas d’une grande utilité non plus.

Bien que l’impact des problèmes d’approvisionnement ne se soit pas encore fait pleinement ressentir au Canada, M. Power a déclaré qu’il s’attendait à ce que cela se produise prochainement.

Cela pourrait empirer si la COVID-19 s’infiltre parmi la main-d’œuvre des grossistes, ce qui pourrait entraîner la fermeture totale d’entrepôts, a-t-il dit.

Ces problèmes ne feront qu’aggraver les pénuries de médicaments auxquelles le Canada est confronté depuis des années. En moyenne, les entreprises signalent environ cinq nouvelles pénuries de médicaments par semaine, selon l’association des pharmaciens.

En 2018, elle a commandité une enquête auprès de plus de 1 700 pharmaciens à travers le pays, qui a révélé que près de 80 % d’entre eux estimaient que les pénuries de médicaments avaient augmenté au cours des trois à cinq dernières années.