Une collaboration entre le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et la société chinoise CanSino Biologics permettra la fabrication et le développement clinique d’un vaccin candidat contre le COVID-19 au Canada.



La recherche sera effectuée dans les laboratoires du CNRC de Montréal.

« Il est certainement l’un des candidats les plus prometteurs à ce stade, il est donc intéressant que nous puissions l’évaluer ici au Canada », a déclaré Rhonda Kuo Lee, gestionnaire de projet au Centre de recherche sur la thérapie en santé humaine au CNRC.

Les autorités réglementaires chinoises ont approuvé le vaccin Ad5-nCoV plus tôt cette année, et des essais cliniques de phase 2 ont déjà commencé dans ce pays.

CanSino a amorcé les étapes nécessaires pour mener des essais cliniques au Canada avec Santé Canada.

Le vaccin utilise un adénovirus pour introduire des protéines de spicule du coronavirus dans le corps et induire une réponse immunitaire.

C’est un adénovirus qui, même s’il est vivant, ne peut pas se répliquer, a expliqué Lee. Pour répliquer, vous devez utiliser des cellules HEK293, et ce sont les cellules qui appartiennent au NRC. Nous allons également utiliser ces cellules pour cultiver le vaccin lui-même.


Une centaine de vaccins sur la ligne de départ


Une centaine de vaccins contre le SRAS-CoV-2 font leur apparition dans le monde, mais huit seulement sont entrés en essais cliniques. On dit que le vaccin Ad5-nCoV a une longueur d’avance sur les autres.

Il existe plusieurs vaccins candidats, mais il y a toujours de l’espoir que des résultats positifs puissent être observés, a déclaré l’administrateur en chef adjoint de la santé publique du Canada, le Dr Howard Njoo.

C’est vraiment une bonne nouvelle pour le Canada, mais aussi pour la recherche pour trouver un vaccin dans le monde, a-t-il ajouté.

Les essais cliniques pourraient commencer au Canada dans quelques semaines. Si tout se passe bien, le vaccin pourrait être commercialisé dans un délai de douze à quinze mois.

Depuis 2013, le CNRC et CanSinoBIO travaillent en étroite collaboration. Le CNRC a accordé une licence d’utilisation de sa lignée cellulaire HEK293 à CanSinoBIO. Le nouveau candidat pour le vaccin COVID-19 est fait en utilisant cette lignée cellulaire.